Coronavirus : des laboratoires ne s’en sortent pas, ils se mettent en grève !

Les laboratoires sont pratiquement en première ligne puisqu’ils ont la lourde tâche de tester toutes les personnes, mais les demandes sont trop fortes.

Test en laboratoire
Source : capture Pixabay

Lors de son allocution, Jean Castex avait assuré que le nombre de tests serait beaucoup plus élevé. En effet, plus vous testez la population et plus vous pouvez isoler les cas de . Cela permet aussi d’identifier rapidement les personnes asymptomatiques, elles n’ont pas les symptômes du Covid-19 et elles ne savent pas qu’elles sont atteintes alors qu’elles peuvent favoriser la propagation du virus. Toutefois, les laboratoires se retrouvent dans une situation particulièrement difficile et certains ont décidé de se mettre en grève pour protester contre ce contexte.

Les laboratoires sont surchargés et les délais restent longs

Si au début de la mise en place, vous deviez attendre près de 24 heures pour avoir le résultat de votre test, ce n’est désormais plus le cas dans certaines zones. En effet, les laboratoires ont tellement de demandes qu’ils sont contraints d’allonger les délais. Pourtant, le Premier ministre avait précisé qu’un autre système serait mis en place pour faciliter l’ensemble des traitements, mais cela ne semble pas porter ses fruits.

  • Généralement, ce sont les personnes qui ont des symptômes qui sont testés en premier, mais cela semble difficile à appliquer.
  • Dans certains départements et même des villes où le coronavirus circule massivement, les tests sont de plus en plus nombreux au fil des jours.
  • Les conséquences sont alors dramatiques, car les Français sont impatients de connaître le résultat, les esprits s’échauffent et les insultent pleuvent.
  • Une employée dans un laboratoire dont les propos ont été partagés par RTL révèle que la situation est vraiment tendue.

Les personnes peuvent s’énerver à cause de la file d’attente très longue, il faut parfois patienter près de deux heures pour réaliser un test. Didier Raoult a mis en place un fonctionnement spécifique avec des tickets comme c’est le cas pour les supermarchés. Vous avez donc un numéro et vous savez si vous passez dans l’heure ou dans trois heures. Cela vous permet de vaquer à vos occupations sans vous énerver dans une file d’attente. De ce fait, la n’a pas les moyens humains pour réaliser autant de tests et les moyens financiers sont également absents. Cette employée estime qu’il n’y a aucune reconnaissance pour les laboratoires.

Des mouvements de grève voient le jour

Face à cette situation et pour que le gouvernement prenne enfin en compte ce contexte difficile, des laboratoires ont décidé de se mettre en grève. Cela pourrait à nouveau créer des embouteillages et surtout allonger les délais. C’est toutefois le seul moyen qu’ils ont pour se faire entendre. Les professionnels veulent donc de vrais moyens pour faire face à cette demande qui ne cesse d’augmenter au fil des jours. Il faut savoir que toutes les personnes qui passent des tests ne sont pas positives. De ce fait, lorsque les chiffres montrent près de 9000 contaminations, il faut savoir que ce sont des dizaines et des dizaines de milliers de personnes qui sont testées par jour dans les laboratoires.

En contrepartie, les professionnels ont eu une prime, mais cette employée estime qu’elle est dérisoire face au travail accompli. Avec l’angoisse, le stress, l’énervement, les esprits qui s’échauffent, les laborantins semblent être épuisés. Toutefois, la situation pourra-t-elle perdurer ? Nous savons que, sans le dépistage, il est difficile de contrôler le virus sur le territoire. Certains critiquent sur les réseaux sociaux le système français qui ne peut jamais répondre à aucune demande et qui se retrouve dans une situation critique pour tous les domaines.


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.