Autoroutes : les actionnaires obtiendraient 40 milliards d’euros d’actions !

Une commission d’enquête pointe du doigt forcément la rentabilité des autoroutes françaises, car les actionnaires pourraient obtenir le jackpot.

Autoroutes
Source : capture Pixabay

Si l’État n’avait pas envisagé la privatisation des autoroutes, il aurait pu empocher près de 8 milliards d’euros. Malheureusement, depuis 2006, la situation est différente et le gouvernement ne pourra donc pas embrasser cette somme très importante. D’ici 2036, la rentabilité devrait être atteinte et les sommes annoncées sont hors normes. Le Sénat a décidé de s’intéresser d’un peu plus près à ce secteur puisqu’Eiffage et Vinci pourraient alors toucher près de 32 milliards d’euros. Cela devrait donc faire couler un peu plus d’encre concernant la gestion des autoroutes en France.

Une rentabilité trop forte pour les autoroutes de ?

Pendant le confinement, plusieurs usagers avaient notamment repris les propos d’une politicienne de l’Occitanie. Elle demandait la gratuité des autoroutes pour faciliter les départs en vacances et éviter ainsi que le monde du tourisme ne soit touché de plein fouet par une crise économique. Le ministre des Transports avait notamment précisé que cela n’était pas envisageable. Pourtant, au vu de la rentabilité de ces autoroutes, un geste aurait-il pu être réalisé en faveur des usagers ?

  • La commission d’enquête parlementaire s’interroge aussi sur le protocole d’accord qui a été signé en 2015.
  • Plusieurs hommes et femmes politiques sont alors interrogés comme Ségolène Royal.
  • Emmanuel Macron était à l’époque le ministre de l’Économie, il ne pourra toutefois pas être auditionné grâce à son statut de chef de l’État.
  • La privatisation des autoroutes a demandé 14.8 milliards d’euros. Ce sont donc les actionnaires qui vont toucher le pactole.

Toutefois, l’État doit faire un trait sur 8 milliards d’euros et la rentabilité d’ici 2036 sera tout de même de 40 milliards d’euros, c’est donc une somme confortable. Toutefois, les autorités compétentes voudraient que cette somme soit utilisée pour les usagers. Les projections ont été réalisées selon Public Senat par Frédéric Fortin, il s’agit d’un expert en finances d’entreprises. Les chiffres sont alors très élevés et ils sont aussi pointés du doigt. Il y a de grandes chances pour qu’une polémique voie le jour au vu de la rentabilité annoncée pour 2036. Si vous comparez cette somme de 40 milliards d’euros pour les dividendes et le coût d’acquisition de 14.8 milliards d’euros, la marge est considérable.

Vinci et Eiffage, les grands gagnants de la privatisation

Puisque les autoroutes n’appartiennent plus à l’État, mais à des concessionnaires, les chiffres seront forcément très avantageux pour les deux groupes. Selon le site Internet, Vinci devrait empocher toujours d’ici 2036 près de 20.7 milliards d’euros. Pour AREA et APRR, les chiffres seraient encore plus élevés puisqu’ils pourraient frôler les 22.3 milliards d’euros alors que le coût d’acquisition était de 6.7 milliards d’euros. Ces statistiques devraient donc relancer le débat sur les autoroutes et la privatisation qui n’est pas toujours bien perçue.

Le protocole de 2015 est aussi étudié sous toutes les coutures, car il avait été convenu que des travaux soient réalisés pour 3.27 milliards d’euros. Toutefois, les usagers auraient aussi dû constater une hausse des péages et la durée des concessions était allongée. Ce sont les termes évoqués dans la presse, mais les négociations sont décrites comme opaques. À cause de ces dernières, le plan financier aurait surtout été en faveur des sociétés d’autoroutes. Il faudra donc patienter notamment pour savoir si des dispositions seront prises notamment pour la durée des concessions. Certains professionnels estiment qu’elle devrait être de 15 ans au maximum avec la mise en place de plusieurs clauses pour éviter ces rentabilités hors normes.


Jennifer Pardé

Jennifer Pardé

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.