Mort de l’actrice Olivia de Havilland à l’âge de 104 ans

Elle était la doyenne des acteurs américains. La comédienne, rendue célèbre par son rôle de Melanie Hamilton dans Autant en emporte le vent, vient de tirer sa révérence à l’âge de 104 ans à Paris, où elle vivait depuis près de 70 ans.

Olivia de Havilland
Source : Compte Instagram @dame_olivia_de-havilland

Elle était certainement le dernier grand mythe du classique hollywoodien. , inoubliable interprète de Melanie Hamilton dans Autant en emporte le vent de Victor Fleming, vient de décéder à l’âge de 104 ans, dimanche 26 juillet 2020. C’est son agente, Lise Goldberg, qui a annoncé que celle qui était la doyenne des acteurs américains « est décédée paisiblement de causes naturelles ».

Une page se tourne donc à Hollywood. Celle des derniers grands représentants de l’âge d’or des studios, période fastueuse s’étalant des années 1930 aux années 1960 et dont Ryan Murphy a fait le cœur de sa dernière série, Hollywood, diffusée récemment sur Netflix. En février dernier, c’était l’acteur Kirk Douglas, le légendaire Spartacus dans le film éponyme de Stanley Kubrick qui tirait sa révérence. Depuis la disparition de ce dernier, Olivia de Havilland était un peu la dernière représentante de toute cette époque bénie du cinéma américain où les stars se nommaient Marylin Monroe, Humphrey Bogart, Lauren Bacall ou encore Audrey Hepburn.

Deux sœurs pour un Oscar

Le cinéma, Olivia de Havilland avait ça dans le sang et le partageait avec sa sœur cadette, l’actrice Joan Fontaine. Toutes deux ont rapidement été attirées par les feux des projecteurs et, dès les années 1930, ont fait leurs premiers pas à . Après une quinzaine de films, Olivia de Havilland accède à la reconnaissance pour son rôle de Melanie Hamilton dans Autant en emporte le vent de Victor Fleming, l’adaptation du roman du même nom de Margaret Mitchell, pour lequel elle est nommée à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. La précieuse statuette lui échappe au profit de sa partenaire dans le film, Hattie McDaniel, mais sa carrière est définitivement lancée.

En 1942, Olivia de Havilland concourt cette fois pour l’Oscar de la meilleure actrice grâce à son interprétation dans Par la porte d’or de Mitchell Leisen. De nouveau, elle repart bredouille de la cérémonie et doit féliciter… sa sœur qui se retrouve sacrée pour son rôle dans Soupçons d’Alfred Hitchcock. Malgré ces occasions manquées, l’Académie des Oscars va par la suite distinguer Olivia de Havilland à deux reprises. Elle va en effet décrocher l’Oscar de la meilleure actrice pour ses rôles dans À chacun son destin de Mitchell Leisen et L’Héritière de William Wyler.

Vie parisienne 

En 1953, Olivia de Havilland vient s’installer à Paris après avoir eu un coup de foudre pour la capitale française. Elle a alors 37 ans et décide de ralentir le terme des tournages. En 1965, le Festival de Cannes la met à l’honneur et elle devient la première femme à présider le jury de la Palme d’Or. Par la suite, elle tourne dans une poignée de films avant de prendre sa retraite cinématographique avec le long-métrage Le Cinquième Mousquetaire de Ken Annakin (1979), dans lequel elle donne la réplique à Sylvia Kristel et Ursula Andress.

Discrète durant ces dernières décennies, Olivia de Havilland coulait une retraite paisible dans le seizième arrondissement de Paris. Légende du septième art, elle était souvent célébrée dans de nombreuses remises de prix. Elle a ainsi présidé la 75èmecérémonie des Oscars en 2003 et fut longuement acclamée lors des César en 2011. Très attachée à la France, elle fut décorée de la Légion d’honneur en septembre 2010 par Nicolas Sarkozy.


Emma Leroux

Emma Leroux

Récemment diplômée d'une école de journalisme, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.