Diocèse de Clermont : « une erreur d’appréciation » pour un prêtre pédophile

pretre clermont

Cette année, de nombreuses affaires pédophiles sortent de l’ombre. Après les diocèses de Lyon et d’Orléans, c’est au tour du diocèse de Clermont Ferrand de faire son mea culpa. En effet, ce dernier admet avoir fait une « erreur d’appréciation » dans la gestion d’un de leur prêtres, soupçonné de viol et d’attouchements sur mineurs en Afrique. Il risque les assises pour ces accusations.

C’est aujourd’hui mardi 26 avril que la cour d’appel de Riom dans le Puy-de-Dôme doit rendre son verdict sur le possible renvoi de la figure religieuse devant les assises pour les faits pédophiles dont il est accusé, et qui se seraient déroulés en Centrafrique entre 2007 et 2010. À l’occasion d’un communiqué, l’institution religieuse s’est prononcée et a déclaré que «Si le diocèse reconnait une erreur d’appréciation concernant cette période entre la révélation des faits à la justice et la mise en examen, il l’explique par une volonté de respecter la présomption d’innocence, dans l’attente d’un positionnement de la justice en tenant compte du fait que cet homme alors âgé de 43 ans, avait lui-même procédé à une démarche personnelle en alertant la justice».

Le prêtre avait été nommé dans une paroisse dans Riom pendant l’enquête

L’ecclésiastique avait exercé son ministère pendant trois ans en Centrafrique, puis six mois après son retour dans le diocèse, il a craqué et s’est confessé auprès de Mgr Hippolyte Simon, l’archevêque de Clermont sur des actes pédophiles qu’il aurait commis en Afrique. L’archevêque a alors conseillé au prêtre en question d’adresser lui-même un courrier au procureur de la République de Clermont-Ferrand pour se dénoncer, ce qu’il a fait le 31 janvier 2011.

L’Office central de la répression des violences aux personnes, basé à Nanterre, a été saisi en avril 2011 puis a mené l’enquête en Centrafrique, identifiant alors trois victimes mineures, dont l’une d’elle de moins de 15 ans. Ce prêtre exerçait dans le diocèse de Clermont depuis 1995, d’abord à Issoire, puis à Clermont Ferrand où il était en charge des aumôneries des jeunes. Il a ensuite été nommé dans une paroisse de Riom alors que l’enquête était en cours. C’est seulement après que toute activité lui a été retirée, lors de sa mise en examen pour viol et agressions sexuelles sur mineurs qui auraient eu lieu en septembre 2012.

A propos de Estelle 70 Articles
Passionnée d'actualités, Estelle s'occupe des rubriques France, International et Economie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.