Les moyens mis en place par l’Eglise pour lutter contre la pédophilie

À la suite des scandales qui ont secoué le diocèse de Lyon, c’est toute l’Eglise qui a été affecté par les affaires de pédophilie. Pour réagir, les évêques de France ont décidé de se réunir mardi 12 Avril pour mettre en place des mesures pour répondre prendre en charge au mieux les victimes de pédophilie.

M

La conférence des évêques, présidé par Monseigneur Georges Pontier, a ce mardi été largement consacré aux questions d’abus sexuels dans l’Eglise. Pour l’archevêque de Marseille, leur « premier devoir est la vigilance »; cette phrase résume le ton avec lequel les évêques de France veulent aborder les questions de pédophilie au sein des églises.

L’Eglise veut se doter d’outils pour mieux réagir même si d’anciens cas apparaissent.

Même si, depuis les années 2000, un travail sur le sujet avait été mis en place, il est nécessaire que celui-ci soit être repris et approfondi. C’est pourquoi, le conseil a annoncé que leurs priorités seraient: d’entendre les victimes, de faire la lumière sur les cas anciens et surtout de protéger les enfants. 

« Dans l’histoire des diocèses, des cas particuliers demeurent, même anciens, sur lesquels il est nécessaire de faire la lumière. Nous nous engageons à faire ce travail comme nous le faisons sur les cas portés à notre connaissance, notamment par les victimes« , a déclaré Monseigneur Pontier.

Pour répondre aux victimes de pédophilie, l’Eglise va mettre en place un panel d’outils:

  • Cellules d’écoutes : composées de bénévoles, de psychanalystes et d’infirmières, ces cellules seront mise en place dans chaque diocèse ou province ecclésiastique pour que les victimes soient accompagnées de la meilleure manière possible.
  • Une adresse e-mail déjà utilisable: parolesdevictimes@cef.fr pour signaler de nouveaux cas. Un site internet va aussi être créé pour permettre aux victimes de rentrer en contact avec une cellule locale.
  • Une commission indépendante de conseil va être créée, car il apparaît indispensable d’avoir une expertise extérieure pour régir au mieux face à chaque situation dénoncée. Pour conseiller les évêques, la commission sera composée de laïcs: experts, magistrats, médecins, parents et éducateurs seront là pour prendre en charge la situation et aideront les évêques dans leurs décisions. L’archevêque, Mgr Pontier, reconnaît que les autorités religieuses sont « souvent trop proches des prêtres pour être objectives », avec cette commission, elles « ne décideront plus seules ».

Monseigneur Georges Pontier affirme que tous les cas, y compris ceux qui ont déjà été jugés ou qui sont prescrits au regard de la loi vont être re-examiné. Si la commission estime qu’un prêtre ne peut plus exercer, alors si sera écarté.

A propos de Estelle 70 Articles
Passionnée d'actualités, Estelle s'occupe des rubriques France, International et Economie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.