La moitié des sites classés au patrimoine de l’UNESCO menacés

L’ONG WWF publie mercredi 6 avril un rapport qui fait état des sites classés au Patrimoine mondial par l’UNESCO et le constat est alarmant. Au jour d’aujourd’hui, sur 229 sites recensés comme des trésors mondiaux, 114 sont menacés à cause d’activités industrielles trop importantes et dangereuses. 

Lighthouse-Reef-Belize-1-1600x1200[1] (Large)

Il faut rappeler que ces sites ont été classés à la demande des Etats qui les abritent, au patrimoine mondial de l’Unesco pour leur valeur universelle exceptionnelle: beauté naturelle, biodiversité remarquable, caractéristiques géologiques ou écologiques, … Plusieurs critères leur confèrent le plus haut niveau de protection. Néanmoins, la moitié de ces sites sont actuellement en danger à cause d’activités industrielles exercées au coeur de ces sites protégés ou en périphérie.

L’unesco n’a pas le pouvoir de contraindre les gouvernements à protéger ces sites.

Les îles Galapagos, le Kilimandjaro, le Grand canyon, les forêts humides de Madagascar, le récif du Belize, le parc national en Espagne ou encore la réserve animalière en Tanzanie font partie des sites uniques que nous pouvons citer au patrimoine mondial mais qui sont aujourd’hui menacés.

Les principales menaces proviennent de différentes activités industrielles telles que: les activités minières, l’exploitation de gaz et de pétrole, l’exploitation forestière illégale, la création de grandes infrastructures (hôtelières par exemple), la surpêche ou encore la surexploitation des ressources en eau. Toutes ces activités sont des éléments perturbateurs pour ces écosystèmes fragiles.

Pour donner un exemple, la réserve animalière de Selous en Tanzanie se heurte à plusieurs dangers: des activités minières et pétrolières de plus en plus nombreuses, la construction de routes et un projet de centrale hydroélectrique qui nécessiterait l’inondation de certaines zones.

Un autre cas alarmant, est le récif du Belize, la plus longue barrière de corail du continent américain qui comprend 7 zones protégées est considéré en péril depuis 2009, à cause de la construction de stations balnéaires à proximité. L’exploitation pétrolière en mer a aussi fortement endommagé les écosystèmes d’une richesse exceptionnelle.

11 millions de personnes dépendantes de ces sites naturels

carte-saving-shared-heritage-sites-personn_0_600_424

Nous pouvons voir qu’aucun continent n’est épargné par le classement du WWF qui appelle gouvernements et entreprises à agir en faveur d’un futur durable pour tous ces lieux exceptionnels.

Il est également important de préciser qu’un million de personnes vivent au sein de ces sites, et 10 millions habitent à proximité, et la dégradation de ces lieux pourrait remettre en cause leur capacité à apporter des bénéfices économiques, sociaux et environnementaux à ces personnes qui en dépendent.

A propos de Estelle 70 Articles
Passionnée d'actualités, Estelle s'occupe des rubriques France, International et Economie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.