Accord UE-Turquie: renvoi des premiers migrants

 

Conformément aux accords passés entre l’Union Européenne et la capitale Turque, Ankara, le renvoie des premiers migrants arrivés illégalement en Grèce ont débuté ce lundi 4 avril. Ce lundi matin, au port de Mytilène, sur l’île de Lesbos en Grèce, plus de 136 personnes, originaires du Pakistan, du Sri Lanka, d’Inde, de Syrie ou d’Irak, on prit place à bord des deux navires à destination de la ville de Dikili en Turquie. 60 autres personnes migrantes sont partis pour la même destination depuis l’île de Chios.

3aaa00429b0d1b4f629846ef37c9ae7a00afd34e

Passés le 20 mars dernier, ces accords consistent au renvoi de tous les migrants qui n’ont pas demandé l’asile en Turquie. Et en échange, l’Europe s’engage à accueillir les migrants syriens dans des pays volontaires. « Nous avons enfin conclu un accord entre la Turquie et l’UE« , s’est félicité le président du Conseil européen, Donald Tusk, qui a mené les négociations avec la Turquie au nom des 28 Etats membres.

Un plan global pour réduire la migration vers l’Europe

Cet accord annonce que tous les nouveaux migrants irréguliers (qui ne demandent pas l’asile ou dont la demande d’asile a été jugée infondée ou irrecevable) qui se sont réfugiés vers les îles grecques vont être renvoyés en Turquie. Le pays s’engage à accueillir dignement les migrants et à leur offrir une protection temporaire.

Pour chaque Syrien renvoyé vers la Turquie, un autre Syrien est réinstallé de la Turquie vers l’Union européenne, dans la limite de 72 000 personnes maximum. Hier, un premier groupe de 35 Syriens a été installé à Hanovre, dans le nord de l’Allemagne.

Les objectifs de ces accords sont de décourager les réfugiés de traverser la mer Egée illégalement, et d’inciter les demandeurs d’asiles à entrer légalement en Europe pour arriver à contrôler le flux migratoire. En effet, la Turquie doit veiller à ce que de nouvelles routes clandestine, maritimes ou terrestres, ne s’ouvrent pas en direction de l’Union Européenne.

L’Union européenne a aussi annoncé le versement de 3 milliards d’euros supplémentaires alloués pour la gestion des réfugiés en Turquie.

Ces opérations provoquent la colère des militants, qui se sont fait entendre hier sur le port. Devant les micros des journalistes, les propos qu’ils tiennent sont très durs: Deux  militants anarchistes grecs annoncent que « le dernier gouvernement européen a avoir organisé des déportations fut celui du 3e Reich ». Pour Raul, jeune espagnol de 22 ans le comportement de l’UE est « illégal et inhumain ».

 

 

A propos de Estelle 70 Articles
Passionnée d'actualités, Estelle s'occupe des rubriques France, International et Economie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.