7 pères sur 10 prennent leur congé paternité

congé paternité

Selon un rapport de la Drees publié le 25 mars, presque 7 pères sur 10 profitent de la totalité du congé paternité auquel ils ont droit.

En France, les pères travaillant ou ayant touché les allocations chômage au cours des douze derniers mois avant l’accouchement ont droit à un congé paternité indemnisé d’une durée maximale de 11 jours ou 18 jours s’il y a des naissances multiples. C’est un droit qui a été accordé le 1er janvier 2012 et dont 450.000 parents éligibles avec un enfant de moins de 3 ans ont profité la première année, sur 770.000 naissances.

Certains profils sont plus susceptibles de prendre leur congé paternité

Il s’avère que la moitié des pères concernés ont profité de ce congé dans la semaine qui a suivi la naissance de l’enfant. Il semblerait que l’âge et le statut socioprofessionnel du père sont des facteurs déterminants pour établir des statistiques. Les pères qui prennent le plus rarement leur congé de paternité sont donc les hommes de 40 ans ou plus, les hommes sans-emploi ou avec un emploi précaire et les travailleurs indépendants. Seulement 13% des papas qui n’ont pas de travail ont profité de leur droit de prendre un congé paternité, contre presque trois quarts des papas avec un emploi et six pères de 40 ans et plus sur dix seulement. Lorsque la mère de l’enfant travaille, 76% des pères exercent leur droit, tandis que 59% le prennent ce congé quand la mère est au foyer.

Concernant la catégorie socioprofessionnelle, presque neuf salariés du secteur public sur dix ont pris un congé paternité. Ceux qui sont sous CDI ont plus tendance à prendre leur congé paternité : 9 sur 10 dans le public et 8 pères sur 10 dans le privé. Le rapport révèle également que plus le poste est qualifié, plus les hommes exercent leur droit de congé paternité. Le nombre d’enfants qui vivent déjà dans le foyer est également important et rentre en compte. Les auteurs du rapport ont spécifié que « si près de trois pères sur quatre prennent un congé de paternité pour un premier enfant, ils ne sont plus que deux tiers à partir du troisième ». À partir du troisième enfant, les pères s’investissent un peu moins dans la naissance du bébé.

A propos de Estelle 70 Articles
Passionnée d'actualités, Estelle s'occupe des rubriques France, International et Economie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.