Logement : les locataires floués par les agences immobilières

agence

Deux ans après l’application de la loi Alur, l’UFC – Que Choisir a mené son investigation sur les changements opérés. Sur 1246 agences réparties dans 76 départements, 392 agences ont été épinglées et doivent se plier à la loi.

L’UFC – Que Choisir, une association de consommateurs constate des « excès à tous les étages » concernant les pratiques des agences immobilières vis-à-vis des locataires. Manque de transparence, demandes de pièces justificatives interdites, plafonds de leurs honoraires non respectés… La liste est longue et un rappel à l’ordre s’impose. Des « illégalités » ont été remarquées pendant cette enquête de terrain et 392 agences ont été mises en demeure afin de « se conformer à leurs obligations légales et réglementaires ».

L’UFC constate des pratiques abusives de la part des agences immobilières

Selon l’UFC – Que Choisir, plus d’une agence sur trois, à savoir 35%, n’affiche « pas systématiquement » le DPE ou diagnostic de performance énergétique des locations proposées. C’est 7% de plus qu’en 2011. L’UFC déclare qu’ « en raison de la flambée des prix de l’énergie, cette information est particulièrement importante pour le locataire qui ne peut pas intervenir sur l’isolation du logement« .

Aussi, l’association de consommateurs a dévoilé que moins d’une agence immobilière sur cinq (soit 18%) respecte « l’information détaillée » à propos des honoraires de location qui doivent séparer les frais d’agence et l’état des lieux car celui-ci peut être fait par un tiers, à savoir un huissier pour un « coût moindre » ou directement entre le propriétaire et le locataire, ce qui est gratuit. Un peu plus d’un quart (26% en 2016 contre 21% en 2011) des 1246 agences « n’affiche toujours aucune information sur les honoraires », toujours selon l’UFC – Que Choisir, qui rappelle que c’est pourtant une obligation légale qui date de 25 ans.

L’association de consommateurs UFC fait donc la demande à la ministre du Logement Emmanuelle Cosse de revoir à la baisse les plafonds légaux pour les honoraires des agences, jugés encore trop élevés. Elle formule aussi une demande pour que les DDPP ou directions départementales de la protection des populations intensifient la fréquence des contrôles en agence.

A propos de Estelle 70 Articles
Passionnée d'actualités, Estelle s'occupe des rubriques France, International et Economie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.