Arrestation d’Abdeslam: l’ennemi public numéro 1

Salah Abdeslam, a été arrêté ce vendredi 18 mars à Bruxelles, il est soupçonné d’être le dernier survivant parmi les djihadistes qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre. Son portrait, affiché partout dans les médias pendant des semaines, est difficile à oublier, l’arrestation de l’homme de 26 ans est un véritable soulagement pour tout le monde. 

FRANCE-ATTACKS-SUSPECT

Salah Abdeslam est né en 1989 à Bruxelles. Il a grandi dans le quartier défavorisé de Molenbeek, où il n’a pas laissé l’image d’un apprenti djihadiste. Il venait d’une famille ouverte, moderne et pas forcément portée sur la religion, mais ce sont des mauvaises rencontres, notamment avec  Abdelhamid Abaaoud, la rencontre qui a été l’élément déclencheur. Salah est totalement sous l’emprise de son ami, et c’est avec lui qu’il démarre sa « carrière » de terroriste.

Une arrestation après 4 mois de cavale

Il est resté introuvable pendant 126 jours consécutifs, en défiant toutes les polices, mais sa cavale est désormais finis, arrêté il y a 3 jours, Salah Abdeslam est désormais en examen.

Les victimes des attentats expriment un véritable soulagement, car pour la plupart, il le croyait mort, parti en Syrie, ou capable de déjouer encore longtemps les surveillances des polices belges et françaises.

Les familles des victimes aussi éprouvent un certain soulagement «Salah Abdeslam arrêté, c’est synonyme de procès. Et même si cela ne ramènera pas nos enfants, cela permettra de nous apporter un certain apaisement», se réjouit Jean-Marie de Peretti, dont la fille Aurélie, 33 ans, est morte au Bataclan.

C’est la première fois qu’un terroriste responsable d’une vague d’attentats de cette ampleur sera jugé dans une cour d’assises française, c’est l’occasion d’obtenir des réponses et c’est un premier pas vers le démantèlement d’un réseau de terroriste.

Un rôle encore inconnu

Pour l’instant, le rôle exact que Salah Abdeslam devait jouer le soir des attentats reste encore un mystère. Le soir du 13 novembre, il est en tout cas soupçonné d’avoir conduit les kamikazes du stade de France. Il « voulait se faire exploser au stade de France », avant de faire « machine arrière », a-t-il déclaré lors de son premier interrogatoire.

Mais il reste encore des questions en suspens, et beaucoup de personnes espèrent avoir des réponses lors des prochains interrogatoires. Tous attendent désormais du terroriste qu’il dénonce ses complices, et explique ses motivations, ainsi que tous les détails de cette soirée morbide, ainsi que tous les préparatifs en amont.

Aujourd’hui, lundi 21 mars, 3 jours après l’arrestations du fugitif, le président François Hollande recevra les familles des victimes des attentats du 13 novembre à l’Elysée.

 

A propos de Estelle 70 Articles
Passionnée d'actualités, Estelle s'occupe des rubriques France, International et Economie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.