Grande lecture: L'histoire orale du Toronto FC – Barbafoot

12

Parallèlement à la saison régulière de la MLS, le TFC participait au championnat canadien des clubs, un tournoi à la ronde qui comprenait également l'Impact de Montréal et les Whitecaps de Vancouver, qui jouaient tous les deux dans la USL de deuxième niveau à l'époque. Toronto était à la deuxième place du tournoi (derrière Vancouver) avant le dernier match. Sur la route de Montréal, l'équipe devait gagner par quatre buts pour battre les Whitecaps et soulever la Coupe des Voyageurs.

CARL ROBINSON, ancien milieu de terrain du TFC: Chris Cummins était le manager et nous avions été radiés, parce que je pense que nous avions (auparavant) perdu à Vancouver, et nous devions aller à Montréal et marquer quatre buts. Je ne pense pas que nous ayons marqué plus de trois ou quatre buts dans notre histoire. Personne ne nous a donné une chance, (mais) j'ai dit aux gars: "Les miracles se produisent."

DANNY DICHIO, analyste de Sportsnet et ancien attaquant de TFC: Nous avons mis un solide (alignement de départ) ce jour-là. Il y avait une certaine confiance que nous pourrions obtenir un résultat.

JIM BRENNAN, ancien défenseur et capitaine du TFC: Montréal a fait beaucoup de changements de composition. Ils ont eu un gros match contre Vancouver (dans la USL) quelques jours après. Ils voulaient reposer leurs gars clés pour cela, alors ils ont fait beaucoup de changements, et nous avions notre équipe complète.

GERRY DOBSON, ancien commentateur de Sportsnet: Je me souviens avoir pensé, même très tôt, "Oh mon Dieu, l'Impact jette son équipe de réserve ici." Si Toronto pouvait obtenir un but, alors tout pourrait arriver parce que ces gars de Montréal n'étaient pas au niveau du TFC.

Les chances du TFC semblaient brisées à la 23e minute lorsque le défenseur Nick Garcia a fait tomber l'attaquant montréalais Peter Byers dans la surface. Tony Donatelli a converti le penalty qui a suivi pour donner l'avantage à l'Impact. Toronto devait maintenant marquer cinq fois sans concéder.

DICHIO: J'ai eu des chances précoces (de marquer) où un autre jour je les aurais facilement ramenées à la maison. J'ai eu un coup de feu et une tête que j'aurais dû enterrer.

COCHRANE: Montréal a pris les devants et je me suis dit: «D'accord, maintenant c'est fini." (des rires.)

DICHIO: Nous créions des opportunités, donc même lorsque Montréal a marqué, nous n'avons jamais paniqué. Nous savions que la tactique du jour consistait à mettre le ballon, à le mettre dans la boîte, à le mettre en moi puis à me nourrir. Nous avions «DeRo» flottant autour. Nous les mettions vraiment sur le pied arrière après avoir marqué ce premier but. Ils avaient l'air très tremblants à l'arrière. C'était juste le sentiment que nous pouvions faire quelque chose.

De Rosario a fait bouger les choses pour Toronto, enterrant un fantastique coup de pied à vélo devant l'ancien gardien du TFC Srdjan Djekanovic à la 29e minute et marquant à nouveau à la 39e pour mettre les Reds 2-1 à la mi-temps.

BRENNAN: Serge était dans le filet, un jeune gardien de but, et l'une des choses que nous pensions était que nous devions nous mettre en tête tôt. Nous devons l'intimider un peu. C'était un gars formidable, un gars adorable, qui était avec nous cette première saison. Mais quand vous êtes sur le terrain, l'amitié passe par la fenêtre.

DICHIO: On ne disait pas grand-chose à la mi-temps. C'était plus un sentiment de conviction que le jeu était là pour la prise.

De Rosario a complété son tour du chapeau à la 49e, en glissant un Djekanovic après avoir battu le piège de hors-jeu de Montréal. Amado Guevara a porté le score à 4-1 en 69e, bouclant un magnifique coup franc à 25 mètres juste à l'intérieur du poteau proche.

BRENNAN: DeRo a marqué assez rapidement au début de la seconde mi-temps. Après cela, les vannes se sont ouvertes.

COCHRANE: Dwayne a présenté une performance pour les âges. Il a porté cette équipe sur son dos.

Chad Barret a marqué à la 82e minute, rentrant chez lui à la suite d'un corner de Guevara. 5-1. C'était la première fois dans l'histoire du club qu'ils marquaient cinq fois en un match.

BRENNAN: Nous tenions bon pour la vie après le but du Tchad.

Guevara a marqué dans la dernière minute du règlement pour sceller la victoire et les joueurs se sont précipités sur le terrain au coup de sifflet final. La plupart des supporters avaient alors quitté le Stade Saputo, mais environ 200 supporters du TFC en déplacement sont restés sous la pluie battante pour regarder leurs héros hisser le trophée, le premier du club.