Bangladesh: 2 militants gays assassinés à coups de machette

Deux militants bangladais des droits des gays ont été assassinés à coups de machette. Les faits se sont déroulés lundi 25 avril, dans le quartier de Kalabagan à Dacca. Six hommes sont entrés dans un appartement en se faisant passer pour des coursiers, et ont tué les deux hommes à coups de machette, a indiqué le porte-parole de la police de Dacca, Maruf Hossain Sorder.

Selon des témoins, les assaillants auraient crié « Allahu akbar » (« Dieu est le plus grand« ).

Pour le moment, la police n’a pas dévoilé l’identité des victimes, mais des organisations de défense des droits des homosexuels ont assuré qu’ils connaissaient leurs identités. Pour eux, il s’agit de Xulhaz Mannan, l’éditeur de Roopbaan, le seul magazine de la communauté gay et transgenre du Bangladesh. Il travaillait également à l’ambassade américaine de Dacca. L’ambassadrice, Marcia Bernicat s’est exprimé: « Je suis bouleversée par l’assassinat brutal de Xulhaz Mannan et d’un autre jeune Bangladais ce soir à Dacca. Xulhaz était plus qu’un collègue pour ceux qui ont eu la chance de travailler avec lui à l’ambassade des Etats-Unis, c’était un ami« .

L’autre, était Mahbub Tonoy, également militant gay et membre du comité exécutif de ce magazine.

Roopbaan est le seul magazine de la communauté gay et transgenre du Bangladesh, lancé en janvier 2014, son but est de promouvoir la tolérance envers les homosexuels dans un pays très conservateur et à majorité musulmane.

Pour le moment, aucun lien avec Daesh n’a été affirmé, mais le Bangladesh connaît  de nombreux actes de violence contre les militants des droits de l’homme, les membres des sectes musulmanes minoritaires et les autres groupes religieux. Dernièrement, plusieurs professeurs d’université laïque ont été assassinés. Les défenseurs de la laïcité accusent les islamistes d’avoir une « liste noire » de personnes à abattre et demandent au gouvernement de mieux protéger la liberté d’expression.

De leur côté, les autorités du pays affirment qu’aucuns groupes islamistes ne sont actifs sur leur territoire. En revanche, des analystes estiment la crise politique dont le pays est victime a radicalisé l’opposition, et que les islamistes armés y sont un danger croissant.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*