Alcoolisation foetale : il faut renforcer la prévention

alcoolisation foetale

Le bilan est alarmant. 8000 bébés naissent chaque année avec un syndrome d’alcoolisation foetale, ce qui est encore beaucoup trop. La France est en retard par rapport à d’autres pays et les conséquences sur le développement des nourrissons sont désastreuses.

L’Académie de médecine tire la sonnette d’alarme et met en cause des logos trop petits, des messages mal affichés et la population encore trop peu informée des risques de la consommation d’alcool lors de la grossesse, même modérément. L’Académie dénonce des outils de diagnostic trop peu évolués et le retard de la France par rapport à d’autres pays. En effet, les Etats-Unis ont un budget 27 fois plus important qu’en France pour prévenir et diagnostiquer le syndrome d’alcoolisation foetale.

Des malformations et des troubles du comportement causés par l’alcool

En 2010, 23% des femmes étaient concernés par la prise d’alcool au cours de leur grossesse, ce qui est énorme et dévastateur. Cette habitude concerne surtout les femmes venant de milieux défavorisés. Une étude a montré qu’elles avaient tendance à privilégier le vin, contrairement aux femmes enceintes de l’Ouest qui elles, boivent plutôt du calvados. On estime qu’environ 500 000 personnes en France présentent des séquelles liées à l’absorption d’alcool avant la naissance via le cordon ombilical et le placenta.

La molécule d’éthanol est très toxique pour le foetus, qui passe directement dans le placenta de la mère. Le foie d’un foetus (ou d’un enfant) n’a pas la maturité nécessaire pour métaboliser l’éthanol, ce qui peut provoquer des séquelles irréversibles comme des malformations ou encore des troubles comportementaux. Le rapport rappelle qu’« il n’y a aucune preuve de risque zéro ou de quantité d’alcool « tolérable » ». Les Académiciens souhaitent un renforcement de la prévention par rapport à l’alcool et mettre en avant le slogan « Tolérance zéro alcool pendant la grossesse« .  Par exemple, le pictogramme que l’on trouve sur les bouteilles d’alcool depuis 2006 devrait être agrandi, et être accompagné d’un message qui prévient des risques directs pour la santé du bébé. De nouveaux moyens pour détecter ce syndrome devraient également être mis en place.

About Lorene 14 Articles
Lorène est notre experte Santé ! Elle vous dira tout sur les dernières avancées médicales.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*